Posté le fĂ©vrier 22, 2005 dans 2005, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s

« Musiques et capoeira du Brésil » / 13 juillet 2005

Guitares :

Nelson LATIF, Fernando CORBAL, Bosco OLIVEIRA

Danseurs et percussions :

Claudio SAMARA, Claudio CAMPOS, Flavio GRILO
Afonso VIDA NOVA, Edson GOMES

La Tribu Baru présente la musique brésilienne sous un jour nouveau. En alliant la musique traditionnelle, le choro et les mouvements de capoeira, le groupe recherche les racines communes à la musique brésilienne et à la danse. Ainsi se créée une performance hybride où les capoeiristes et les musiciens entrent en interaction, naturellement.

tribu-baru.jpg

Grupo Baru was created in the city of Brasilia, in Brazil. Formed by tree Brazilian guitar players, somehow tired of accompanying singers decided to form a group that would present the Brazilian music under a new perspective, unifying music and the movements of Capoeira. In their show the public will not only be able to enjoy the best of the Brazilian stiles, but also to see the connection that exist between the music of the country and the movements of the Brazilian Capoeira and dance. After a time of experimenting with several forms, and different esthetics concepts, and also researching the roots relating to the Brazilian music and dance. The group Baru came up with a hybrid form of perform, where the “capoeiristas” and the musicians interact in a natural way. With music and Capoeira being elements of a new proposed form of “brasilidade” (A third century Brazilian way of being and seeing the world).

Nelson Latif – Acoustic guitar and Cavaquinho.

Born in Sao Paulo, Latif has his background in the stiles of choro and Jazz. Gives the impressive fast melodies that are typical from the choro, and is responsible for the improvisations that give a jazz flavor to the group’s tunes.

Fernando Corbal – Acoustic guitar and harmonic Glasses.

Born in Brasilia. Specialized in playing the harmonic glasses, crystal glasses tuned with water, and playing by wet fingers, Corbal is known by his compositions and his sound tracks for cinema and drama.

Bosco Oliveira – Acoustic and 7 strings guitar.

Born in Brasilia. Oliveira comes from the classical guitar background, and now a teacher in the conservatoire of Brasilia. Oliveira is responsible in the group for the bass’s counterpoints to the melodies and for the firing “flamenco like” solos. A virtuoso on the 7 strings guitar, Oliveira has won several international classical guitar competitions.

A brief history of the group

Existing since the year 2000, the trio Baru has dedicated his performances to the stile of choro, a classical form of Brazilian music, that unifies the heritage from Europe, and it’s erudite melodies with the rhythms from Africa.

Trio Baru has performed in the most representative’s theaters in Brazil, mostly in Brasilia, Rio de Janeiro and Sao Paulo, as well in some countries abroad.
Every year Trio Baru spends around tree month touring abroad Brazil. And is steadily being a reference to the stile of choro and it’s variations, to the public outside Brazil.

For the 2005 European season, Trio Baru will have four guests performers, they are:

Claudio Samara, Eduardo Bruzi and Afonso Vida Nova.

“Capoeiristas” and percussion players, these artists from Rio will present the Capoeira, and also play a piece called “orquestra de berimbau”, where they show this typical instrument from Brazil in all it’s potentialities.

Edson Gomes

Also born in Rio, Gomes will play the whole universe of the Brazilian percussion, adding his experience acquainted in the Escolas de Samba in Rio, to the music or the group.

Posté le fĂ©vrier 22, 2005 dans 2005, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s

« Musiques traditionnelles des Andes »

4 septembre 2005

Cinq siècles après l’arrivée du monde occidental sur les terres d’Amérique, Inkarri invite son public au voyage à travers la Cordillère des Andes. Instruments, costumes et musique, ces quatre frères péruviens ont réuni tous les éléments pour une immersion dans un univers musical traditionnel et populaire d’Amérique Latine.

Programme du Concert du 4 septembre 2005 :
Partie I

1.- Carnaval de Taquile Traditionnel
2.- Sueño de los Andes “
3.- Rey Moreno – Waca waca “
4.- Ritmo Ancestral (Kallawaya) “
5.- Funerales “
6.- el huaquero y La Hamaca “
7.- Lejos de Ti “
8.- Bailando Caporales “
9.- Kausay Thinku “

Partie II

1.- Puna Traditionnel
2.- Tico Tico no fuba ZĂ©quinha De Abreu
3.- Antonio Mocho Traditionnel
4.- Imágenes “
5.- Arco Iris “
6.- Casarasiri “
7.- Comparsa de tierra olvidada “
8.- Hijos del Pagador “
9.- El Condor Pasa Daniel Alomias Robles

incarri-6.jpg

Posté le fĂ©vrier 22, 2005 dans 2005, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s

« Voix sacrées cubaines »

Concert sous la direction de :
Reynier SILEGAS RAMIREZ (ténor)
Iraida DE GUEVARA (soprano)
Aurora PARRA (contralto)
Randol Rodriguez RUBIO (alto)
17 juillet 2005

La voix cubaine a un grain et une couleur très caractĂ©ristiques. ComposĂ© de quelques-unes des plus belles voix cubaines, ce chĹ“ur explore des univers musicaux diffĂ©rents. Dans un rĂ©pertoire très Ă©tendu : du baroque (Esteban Salas, XVIIIè siècle) jusqu’Ă  l’interprĂ©tation Ă  plusieurs voix a capella des thèmes traditionnels de la trova cubaine.

Programme du concert du 17 juillet 2005
Musique Cubaine du XVIIIème siècle

Esteban Salas (1725-1803)

1- Salve Regina – chĹ“ur et orchestre
2- Assumpta Est – soprano en duo et orchestre
3- Unos Pastores – contralto en duo, tenor et orchestre
4- Pues Logra Ya – chĹ“ur soliste et orchestre

Chant traditionnel

Quelques chants essentiels inspirés des grands interprètes de la tradition cubaine
interprétés a capella et avec un accompagnement de piano
sur des arrangements originaux de Reynier Silegas Ramirez

1- Ausencia (bolero)
2- Si LLego a Besarte (bolero)
3- Esas no Son Cubanas (son)
4- Veinte Anos (habanera)
5- Pensamiento (bolero)
6- Negro Bembon (son)
7- El Breve Espacio en que no Estas (cancion)
8- Juramento (bolero)
9- El que Siembra su Maiz (son)
10- Bilongo (son)
11- Guantanamera (guajira)

Posté le fĂ©vrier 20, 2005 dans 2005, Archives, Expositions | Commentaires fermĂ©s

« CURIOSITES »

Exposition réalisée par Pascale MORVAN du 3 septembre au 30 octobre 2005

Le prieuré vécu tour à tour comme un lieu d’exploration, un objet d’études, un terrain de jeu,
un lieu de destination et un sujet d’enquĂŞte, telle fut la dĂ©marche de l’artiste dans 6 sĂ©ries de rĂ©alisations dont 2 tenaient plus particulièrement de l’installation.

Pendant ses passages au PrieurĂ©, Pascale Morvan s’est servi de son corps, de sa pensĂ©e afin d’ĂŞtre comme un capteur de quelque chose qui se passerait lĂ  : sentir, percevoir, voir et aussi imaginer.

Les situations qu’elle invente l’amène Ă  fabriquer des objets. Ils peuvent ĂŞtre des livres, donc très proches d’un travail d’Ă©criture pure, ou bien des objets fabriquĂ©s sur le lieu. Il y a toujours, ou presque, alliance entre l’objet et sa fabrication, et des textes, transcription de ses pensĂ©es.

Ă€ Marcevol, elle a considĂ©rĂ© que tout pouvait ĂŞtre objet de connaissance, du brin d’herbe prĂ©sent lĂ  ce jour, Ă  la pierre incluse dans le mur depuis des centaines d’annĂ©es. Et sa curiositĂ© l’a autorisĂ© Ă  mettre ces choses sur le mĂŞme niveau d’intĂ©rĂŞt.

> Voir les photos de l’exposition

Posté le fĂ©vrier 20, 2005 dans 2005, Archives, Expositions | Commentaires fermĂ©s

CĂ´me Mosta-Heirt

Exposition du 17 juin au 20 août 2005

Mon exposition à Marcevol s’articulera autour de quelques pièces qui sont Ordonnées dans le sens de la préhension de la méditation.
L’esprit est présent dans ce prieuré et je compte bien à ma façon le découvrir.
Les dernières visites m’ont attaché davantage à ce lieu.
J’ai l’intention de présenter dans les chapelles et dans l’abside des œuvres qui se confrontent au lieu pour se révéler à elles-mêmes. Puisque ce prieuré ne peut avoir d’autre révélation que la sienne, toute autre approche serait présomptueuse.
Je garde donc cette vigilance pour ne pas m’égarer. Je reste dans le lieu et je me pose la question de la révélation dans l’attente. Cette attention portée à ce lieu a une conséquence qui ne peut nous échapper. Elle introduit la quiétude, cette distance proche de la pensée libre, en un mot, la raison, j’en reviens donc tout simplement après ce cheminement à un aspect de la méditation qui serait l’être là. D’où le titre que je choisis

ORAISON, une sorte de discours en sorte.

Biographie

CĂ´me Mosta Heirt
NĂ© au Havre en 1946
Vit et travaille Ă  Paris et Ă  Etretat

Expositions récentes

1992
La Base, Levallois-Perret

1993
Centre d’Art Contemporain, Kerguehennec

1994
Galerie Art’o, Aubervilliers
Centre d’Art Contemporain, Vassivière-en-Limousin
Museum Van Heden daagse Kunst, Gand

1996, 1999, 2004
Galerie Verney-Caron, Villeurbanne

1998
Hôtel d’Albret, Direction des Affaires Culturelles, Paris

1999
Institut Culturel Français, Stuttgart

2000
Site Odéon°5, Paris


Cliquez sur les miniatures pour les agrandir
sans-titre.jpgdun-bord-a-lautre.jpg autre-piece.jpgla-couronne-de-lareine.jpg
 

> De la picturalité par Agnès Violau /.doc


Posté le janvier 22, 2005 dans 2005, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s

«Tangos y flores argentines »

Guillermo BUSSOLINI (basse), Christine GASTAUD (piano) / 24 juillet 2005

Le tango ne cesse de s’enrichir, il est devenu un univers à lui tout seul. Né d’une rencontre entre le tango argentin et le piano classique, ce duo allie l’authenticité d’une voix à un univers pianistique riche en couleurs subtiles. Guillermo Bussolini, argentin et sous contrat à la Scala de Milan, a baigné depuis l’enfance dans l’univers du tango.

De tangos en fleurs argentines : une voix et un piano réunis pour un moment intime à partager avec cette musique envoûtante. Et un hommage particulier à ce genre musical par deux artistes talentueux et complices.

Guillaume BUSSOLINI, Baryton

Né à Buenos Aires, le baryton Guillermo BUSSOLINI commence ses études de piano et de solfège à l’âge de 16 ans.

Diplômé du Conservatoire National de Musique Carlos L. Buchardo et de l’Institut Supérieur d’Art du Théâtre Colon de Buenos Aires, sa carrière artistique se développe dans le domaine de l’opéra avec les rôles d’Escarillo dans « Carmen », du Comte des « Noces de Figaro », de Malatesta dans « Don Pasquale », de Papageno dans « La Flûte Enchantée ».

Guillermo BUSSOLINI aborde également la musique de chambre, l’oratorio avec la Neuvième Symphonie de Beethoven, le Requiem Allemand de Brahms, le Requiem de Fauré, et aussi la comédie musicale.

Il obtient plusieurs prix : « Promociones Musicales » (1990), « Franz Liszt » (1994), et « Festivales Musicales » (1997/98) à Buenos Aires, et se trouve finamiste des concours « Giuseppe Di Stefano » (1999) et « Renata Tebaldi » (2000) en Italie.

Cet artiste a enregistré plusieurs CD d’œuvres sacrées, ainsi que de variété. Il a participé avec grand succès à plusieurs spectacles de tango comme « Taur » à Milan (1999/2000), « Paris-Tango » de Mosalini, dans le cadre du festival des « Voix du Domaine Renoir 2002 » de Cages-sur-Mer et à des concerts organisés par le CUM à Nice.

Il a été engagé par l’Opéra de Monte-Carlo pour assurer la doublure de Ruggiero Raimondi dans le rôle de Basilio du « Barbier de Séville » de Rossini.

Le Théâtre Philarmonique de Vérone lui a proposé plusieurs rôles pour la saison 2003/2004. Il s’est produit à Buenos Aires dans la Huitième Symphonie de Mahler et a chanté le rôle de Joseph dans « L’Enfance du Christ » de Berlioz, sous la direction de Michel Piquemal.
A l’Opéra de Monte-Carlo en 2004, Guillermo BUSSOLINI a chanté le rôle du prince Yamadori dans « Madame Butterfly » ainsi que celui du directeur sans « Viva la Mamma » de Rossini.

Actuellement, Guillermo BUSSOLINI est engagé à la Scala de Milan.

Christine GASTAUD

Premier prix de piano du Conservatoire national de région de Nice, Christine Gastaud obtient à 14 ans le Grand prix de la ville de Nice, ainsi que le premier prix de l’ORTF et de Radio France. Titulaire du baccalauréat S, elle poursuit ses études musicales au Conservatoire supérieur de musique de Lyon dans la classe de Germaine Devèze. Les premiers prix de piano, de musique de chambre, d’histoire de l’art et d’ethnomusicologie lui sont décernés.
Dès l’âge de 19 ans, Christine GASTAUD enseigne au Conservatoire de Saint-Raphaël puis à celui de Valence. Elle est alors sélectionnée comme pianiste à l’Atelier d’interprétation vocale d’Eric Tappy à l’Opéra de Lyon et participe à de nombreuses prestations musicales. Depuis 1989, elle est professeur titulaire au Conservatoire national de région de Nice et se produit régulièrement en formation de musique de chambre.

Programme du concert du 24 juillet 2005

« FLORES ARGENTINAS »

Musique : Carlos GUASTAVINO
Poèmes : Léon BENAROS

– Cortadera, plumerito
– El clavel del aire blanco
– Campanilla, adonde vas ?
– Que linda la madreselva !
– Las flores del macachin
– Aromito, flor de tusca
– Ay ! Aljaba, flor de chilco
– Ceibo, ceibo zuiñandi

« TANGOS »

– El corazon al sur (Eladia Blazquez)
– Adios Nonino (Astor Paizzola – Eladia Blazquez)
– Nostalgias (Juan carlos Cobian – Enrique Cadicamo)
– Los mareados (Juan Carlos Cobian – Enrique Cadicano)
– La Fulana ( Alberto Mastra y Carusito)
– Lluvia de estrellas (piano solo) ( Osmar Madena)
– Como dos extraños (Pedro Laurenz – JosĂ© M. Contursi)
– Malena (Lucio Demare – Homero Manzi)
– El dia que me quieras (Carlos Gardel)

guillermo-bussolini-et-christine-gastaud.jpg

Guillermo Bussolini et Christine Gastaud