Posté le mai 3, 2008 dans 2008, Archives, Autres | Commentaires fermĂ©s
Du 7 au 12 mai 2008

Une 2ème édition de rencontres musicales

Ateliers :

  • Musique de chambre : toutes formations

  • Ensembles baroques, violoncelles et violes : Paul Rousseau

  • Musique de chambre et violoncelle : FrĂ©dĂ©ric Borsarello

  • Au programme :

  • concert de prĂ©sentation des participants le jeudi 8 mai Ă  21 h 00

  • concert des stagiaires le dimanche 11 mai Ă  21 h 00

  • confĂ©rence de lutherie sur le thème « da braccio, da gamba … » animĂ©e par Pierre Jaquier

  • Pour tout renseignement : Denis Mocquot au 06 60 64 52 15


    Posté le avril 28, 2008 dans 2008, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s
    3 mai 2008

    Personnalité remarquable, homme politique et intellectuel, promoteur des arts, Abat Oliba a joué un rôle de première importance dans notre région, il y a mille ans.

    • 10h30 : messe chantĂ©e dans l’église du prieurĂ©
    • 12h30 : repas pris en commum, musique traditionnelle catalane
    • 15h00 : confĂ©rence sur Abat Oliba par Marc Lachèvre
    • 17h00 : concert « Chants d’errance en MĂ©diterranĂ©e »
      Troubadours et chants sĂ©farades par « Troubadours Art Ensemble »
    Posté le fĂ©vrier 14, 2008 dans 2007, Archives, Expositions | Commentaires fermĂ©s

    Exposition de reproductions de documents anciens prêtés par La Bibliothèque sévillane (Espagne)

    affiche.jpgL’Histoire de l’Écriture est intimement liĂ©e Ă  celle de l’HumanitĂ©. Bien que le concept actuel de l’Ă©criture n’apparaisse qu’au IVème millĂ©naire avant notre ère, l’Ă©criture comme première activitĂ© intellectuelle voit le jour vers 30 000 ans avant JĂ©sus-Christ avec les signes primitifs au PalĂ©olithique.

    Ainsi, l’Ă©criture apparaĂ®t dans une civilisation oĂą l’Homme est sĂ©dentaire et pratique le commerce. Mais la limiter Ă  ce fait serait rĂ©ducteur ; en effet, l’Ă©criture permet dĂ©jĂ  de signifier des donnĂ©es plus abstraites, telles que les premiers concepts ou les premières croyances.

    Cette exposition fut un voyage tridimensionnel Ă  travers l’Écriture, depuis 2060 avant notre ère jusqu’au XIX ème siècle.

    Le premier voyage fut temporel : par le biais de ces manuscrits, l’image devient la fidèle compagne de l’Ă©criture, par-delĂ  les âges.

    Le second voyage fut spatial, à travers le monde entier : des Amériques à la Chine en passant par la Méditerranée.

    Le troisième voyage fut d’ordre thĂ©matique avec la prĂ©sentation de contrats de commerce, de calendriers, de plans de ville, de pages du Coran et de la Torah, de traitĂ©s de magie noire et d’alchimie, de textes philosophiques …

    Ce qui fit l’unitĂ© de cette exposition, c’est sa diversitĂ©. Un grand voyage dans le temps et l’espace qui permit de saisir l’individualitĂ© de chaque ĂŞtre humain, de chaque civilisation, sur le fond universel de l’Ă©criture.

    1 – Shulgi, roi d’Ur (2094-2057 av. J.C.).

    Écriture cunéiforme sumérienne.

    Reçu pour une livraison d’orge.

    Argile, daté à Lagash, le neuvième mois du 35è anniversaire de Shulgi (2060 av. J.C.)

    2 – Partie infĂ©rieure d’une sculpture Ă©gyptienne en pierre calcaire reprĂ©sentant un scarabĂ©e .
    3 – Page du Coran.

    Écriture coufique.IXè siècle.

    4 – Lettrine du Graduale-Antiphonarium de St Denis de Bamberg.

    Début XIIè siècle.

    5 – JĂ©sus Christ.

    Enluminure et notation d’Italie centrale.

    XIIè siècle.

    6 – Torah.

    Manuscrit en hébreu, probablement espagnol.

    Lettrines dorées et enluminées.

    XIIè siècle.

    7 – Manuscrit liturgique armĂ©nien enluminĂ©.

    XIVè siècle.

    8 – Valère Maxime : Factorum et dictorum…

    Manuscrit italien, entre 1350 et 1380.

    Cet exemplaire appartenait au Collège Augustin de St Ruf de Montpellier. Lettrine reprĂ©sentant l’auteur.

    9 – Tite-Live : DĂ©cades.

    Imprimé par Ioannes Vercellensis, à Trèves, en 1485.

    Lettrine enluminée à la main avec de motifs végétaux.

    10 – Attestation de « propretĂ© du sang »

    Par demande d’un Grenadin nommĂ© Francisco Pardales.

    Manuscrit daté du 24 juin 1558.

    11 – Calendrier en bois Holz an fĂĽssen.

    Allemagne, 1579.

    12 – Codex Mendoza : fac-similĂ© de l’original appartenant Ă  la Bodleian Library. Vendeur dans un marchĂ© aztèque.

    XVIè siècle.

    13 – Codex Mendoza : fac-similĂ© de l’original appartenant Ă  la Bodleian Library.

    Plan allĂ©gorique de Tenochtitlan, capitale de l’empire aztèque.

    XVIè siècle.

    14 – Enluminure indienne d’influence mongole.

    XVIè siècle.

    15 – Livre de chĹ“ur byzantin avec notation ekphonĂ©tique.

    Décoré avec des dessins à la plume.

    XVIè siècle.

    16 – Tetragrammaton.

    Traité sacrilège de magie noire, ayant probablement appartenu à John Dee. Angleterre, vers 1600.

    17 – Christopher Von Hirschenberg : Underricht etlicher Regeln …

    Manuscrit

    TraitĂ© d’alchimie Ă©crit pour l’empereur Rodolphe II.

    18 – Torah.

    Manuscrit hébreu sur parchemin roulé.

    XVIIè siècle.

    20 – Calligraphie turque.

    XVIIè ou XVIIIè siècle.

    21 – Manuscrit chamanique na-khi.

    XVIIè / XVIIIè siècles.

    En haut, Ă©criture hua-llĂĽ .

    En bas, Ă©criture pictographique na-khi.

    Groupe de cĂ©rĂ©monies har-la-llĂĽ-k’Ă´, pour ceux qui se sont suicidĂ©s ou qui sont morts accidentellement ou de mort violente.

    22 – Manuscrits na-khi.

    En haut, couverture enluminĂ©e de cĂ©rĂ©monies har-la-llĂĽ-k’Ă´, pour ceux qui se sont suicidĂ©s ou qui sont morts accidentellement ou de mort violente.

    En bas, Ă©crityure syllabique ggo-ba.

    XVIIIè siècle.

    23 – Rouleau de tissu peint na-khi.

    Représentation des étapes ou « niveaux » du paradis.

    XVIIIè siècle.

    24 – Manuscrit nĂ©palais sur feuilles de palmier.

    XVIIIè siècle, dans le style du XIIè siècle.

    25 – Manuscrit toba (battak, IndonĂ©sie).

    Ecorce d’arbre.

    XVIIIè siècle ?

    26 – Calendrier persan en cuir dorĂ©.

    XVIIIè siècle ?

    27 – Manuscrit persan enluminĂ©.

    Image représentant un sage.

    XVIIIè siècle ?

    28 – Manuscrit boudhiste siamois, avec enluminures.

    XIXè siècle.

    30 – Manuscrit siamois.

    Traité magique avec enluminures.

    XIXè siècle.

    31 – Manuscrit siamois.

    TraitĂ© d’Ă©levage de chevaux, avec enluminures.

    XIXè siècle.

    32 – Manuscrit indien sur feuilles de palmier.

    XIXè siècle.

    33 – Brasseur de Bourgbourg (et autres auteurs).

    Documents américanistes du XIXè siècle.

    Ce dessin reprĂ©sente le baptĂŞme d’un Mexicain par un missionnaire espagnol.


    > Visiter la galerie de l’exposition

    Posté le fĂ©vrier 13, 2007 dans 2007, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s

    29 JUILLET 2007 Ă  18 H 00

    Ensemble Witiza-Luis Barban

    http://www.mick-rochard.com/CDO/luis/witiza.htm

    ensemble-witiza.jpg

    Spécialisés dans l’étude et l’interprétation de la musique médiévale, vocale et instrumentale, liturgique et profane, du VIe au XVe siècle, les
    quatre chanteurs et instrumentistes de l’Ensemble Witiza nous apportent un éclairage particulier sur les contacts entre Orient et Occident à l’époque de l’élaboration de notre répertoire polyphonique.
    Chants grégoriens, polyphonies rythmées et poèmes de lamentation du Codex Las Huelgas font écho à la subtilité des ornements de la musique persane, afin d’en découvrir les similitudes, divergences et influences. Une approche éclectique, rigoureuse et originale

    Ghaetta

    ensemble-ghaetta.jpgCet Ensemble créé en 1996 par Denyse Dowling s’est donné pour but de diffuser les musiques des XIIIe et XIVe en les abordant spécifiquement sur le plan instrumental.

    Un répertoire dynamique d’Estampies Italiennes joué en duo conçu particulièrement pour les églises et leur acoustique naturelle qui met en valeur la sonorité des instruments anciens.

    Denyse Dowling : flûtes à bec, chalémie et bombarde altob et Patrice Villaumé, vielle à roue ténor.

    ghaetta-duo.jpg

    Posté le fĂ©vrier 20, 2006 dans 2006, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s

    Opéra de Peter MAXWELL DAVIES

    Direction musicale : William HEDLEY
    Mise en scène : Bertille DE SWARTE
    Solistes et chœur : groupe vocal IRVEM
    Chorégraphies : Roger MEGUIN

    1 – 2 et 3 septembre 2006

    ComposĂ© en 1978, l’opĂ©ra pour enfants « The two fiddlers  » est un conte moderne et visionnaire des dĂ©rives de notre sociĂ©tĂ©. A l’Ă©poque oĂą la tĂ©lĂ©vision entrait progressivement dans les foyers, le compositeur anglais en percevait dĂ©jĂ  les consĂ©quences et les dĂ©rives qu’elle pouvait entraĂ®ner.

    irvem.jpgPour Ă©veiller les consciences, Peter Maxwell Davies a situĂ© son Ĺ“uvre dans une mĂ©taphorique forĂŞt hantĂ©e par des trolls qui capturent une enfant. Elle s’appelle Storm. Cette jeune violoniste qui revenait d’un mariage dans la lointaine Écosse, se retrouve encerclĂ©e et priĂ©e par la roi et la reine de faire danser les trolls. Pour la remercier, ils lui demandent de faire un vĹ“u … « Je voudrais que mon peuple n’ait plus Ă  travailler aussi dur qu’il le fait » … Louable intention mais … qui se rĂ©vèlera lourde de consĂ©quences ! Commence alors pour le village de Storm une Ă©trange pĂ©riode, celle de l’oisivetĂ© sous domination trollienne …

    C’est un groupe vocal mĂ©diterranĂ©en – L’IRVEM – qui prĂ©sentait en septembre 2006 ce bel opĂ©ra au prieurĂ© de Marcevol. L’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical MĂ©diterranĂ©e, est dirigĂ© par Bertille de Swarte qui assurait la mise en scène. Avec William Hedley Ă  la direction musicale, ils ont choisi d’y insĂ©rer une part de traduction française pour la comprĂ©hension en plus grand nombre.

    pauline-langlois-et-jean-baptiste-solano.jpgUn superbe spectacle et aussi une belle rĂ©ussite pĂ©dagogique pour cette Ă©quipe composĂ©e d’acteurs et de musiciens dĂ©butants et confirmĂ©s. AccompagnĂ©s par Elise BrĂ©on au piano, CĂ©cile Teixidor au violon et Guillem Coste au sac de gemecs, Pauline Langlois de Swarte (voir photo ci-contre) dans le rĂ´le de Storm et Jean Baptiste Solano (voir photo ci-contre) dans celui de Gavin, c’est avec grand talent qu’ils ont redonnĂ© vie Ă  l’Ĺ“uvre si contemporaine de Peter Maxwell Davies.

    Peter Maxwell Davies : compositeur

    Depuis près de 40 ans, Peter Maxwell Davies est l’une des plus fortes personnalitĂ©s du monde musical britannique. Il a toujours su cultiver une grande diversitĂ© de styles, dĂ©veloppant une approche toujours plus originale quel que soit le genre tout en prĂ©servant son identitĂ© de compositeur.

    Dès le milieu des annĂ©es 1950, il s’est forgĂ© un caractère crĂ©atif unique en associant les dernières subtilitĂ©s de la musique sĂ©rielle de l’Europe d’après-guerre, Ă  un profond intĂ©rĂŞt pour les musiques anciennes. De plus, il a acquis une grande rigueur sous la direction de Petrassi. Ses Ă©tudes Ă  Princeton aux Etats-Unis auprès d’Earl Kim, Roger Sessions et Milton Babbitt l’incitèrent Ă  produire des oeuvres plus ambitieuses. Outre l’achèvement du premier acte de l’opĂ©ra Taverner, il Ă©crivit sa Seconde Fantaisie sur un `in nomine’ de John Taverner. A partir du milieu des annĂ©es 1960, la maĂ®trise technique de Maxwell Davies lui a permis de rĂ©pondre aux exigences de l’opĂ©ra grâce Ă  une musique d’une exceptionnelle intensitĂ©, telle l’une de ses pièces les plus connues, Eight Songs for a Mad King, s’appuyant sur une forme d’expression radicale alors inĂ©dite en Grande-Bretagne. Il s’ensuivit une sorte d’avant-garde britannique Ă  la fin des annĂ©es 1960, dont Maxwell Davies fut l’un des principaux reprĂ©sentants.

    Il Ă©crivit sa Première Symphonie en 1976. Un opĂ©ra de chambre, The Martyrdom of St Magnus, inaugura en 1977 le St Magnus Festival, que Maxwell Davies dirigea pendant dix ans. En 1979, Black Pentecost fut composĂ© dans le cadre d’une campagne contre l’exploitation de minerai d’uranium dans les Orcades. L’opĂ©ra de chambre The Lighthouse vit le jour l’annĂ©e suivante. Les annĂ©es 1980 furent particulièrement fructueuses, avec trois nouvelles symphonies, The No 11 Bus, l’opĂ©ra Resurrection, le triptyque orchestral comprenant Into the Labyrinth, et l’amorce de la sĂ©rie des Strathclyde Concertos, commande du Scottish Chamber Orchestra, financĂ©e par le Conseil RĂ©gional du Strathclyde. Les dix Strathclyde Concertos furent achevĂ©s durant la première moitiĂ© des annĂ©es 1990, suivis des Concertos pour piano et piccolo. Maxwell Davies composa deux autres symphonies et de nombreuses autres partitions orchestrales, dont cinq pièces d’après ses souvenirs d’enfance Ă  Manchester. Il Ă©crivit ensuite l’opĂ©ra The Doctor of Myddfai, la cantate The Three Kings, et l’oratorio Job. Il convient aussi de mentionner la participation continue de Maxwell Davies Ă  l’enseignement de la musique. On lui doit des pièces pour jeunes instrumentistes, dont les opĂ©ras The Two Fiddlers et Cinderella. Quant Ă  ses partitions pour musiciens professionnels, elles embrassent toute une palette de styles, rĂ©vĂ©lant une tendance croissante Ă  combiner diffĂ©rentes facettes au sein d’une mĂŞme pièce. La vitalitĂ© permanente de la musique de Peter Maxwell Davies tient Ă  sa capacitĂ© d’inventer de nouvelles idĂ©es.

    Bertille de SWARTE : direction artistique

    Etudes : Chant, Art lyrique, Histoire de la musique.
    Elle perfectionne sa technique de chant avec le phoniatre Benoît Amy de la BRETEQUE ; s’intéressant particulièrement à la pédagogie vocale, elle crée en 1988 l’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical Méditerranéen (IRVEM) qu’elle dirige actuellement.

    Elle étudie les répertoires anciens, est engagée dans la «Compagnie Musicale Catalane », dirigée par Josep Cabré. Elle enregistre quatre disques pour orgue et plain-chant baroque avec Marie-Claire ALAIN, Olivier VERNET et Frédéric MUNOZ.

    Elle se passionne pour les liens entre le texte musical et les différents moyens d’expression artistiques.

    L’IRVEM : Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical Méditerranée

    Depuis 1988, cette association permet de rapprocher chanteurs, professeurs de chant, phoniatres, orthophonistes, autour d’une même préoccupation : la voix et sa pédagogie.

    Deux principes guident l’action de l’association : le respect de l’élève, de son rythme d’évolution, de ses choix artistiques. La recherche d’outils pédagogiques permettant à tous ceux qui le souhaitent, d’arriver à la maîtrise de leur voix. Magnifier la voix, en transcender les limites habituelles pour la mettre au service de l’expression artistique, voilà l’objet des études de chant. Mais comment le faire de façon cohérente et méthodique ? Comment le faire sans violenter l’appareil vocal ni l’élève chanteur ? Comment le faire sans faiblesse, avec exigence et dynamisme ?

    C’est à ces questions que s’efforce de répondre la démarche pédagogique développée par Bertille de Swarte, directrice artistique de l’IRVEM, en s’appuyant sur les travaux de recherche de Benoît Amy de la Bretèque, phoniatre et professeur de technique vocale.
    L’équipe pédagogique est composée de plusieurs professeurs ayant à cœur de mettre en commun leurs compétences et leur amour de l’enseignement.

    En atelier ou en stage, tout est abordĂ© : la maĂ®trise de la respiration, la mise en relation du souffle et de la vibration, la rĂ©sonance, le style, la diction, la musicalitĂ©…

    Toutes les formes de chant sont envisagées suivant le désir de l’élève : musique ancienne (médiévale, renaissance, baroque), chant choral, chant lyrique, musique traditionnelle, chanson française et étrangère.

    William HEDLEY : direction musicale

    William Hedley est né à Wigan, au Nord de l’Angleterre, en 1952. Il habite dans l’Aude avec sa famille depuis 1989.

    Il fait ses études au Royal Collège of Music et au King’s Collège de l’Université de Londres, où il se spécialise dans la composition et la musique du 20ème siècle.
    Pendant plus de treize ans, il dirige les chœurs et orchestres des établissements où il enseigne également comme professeur.

    Il est critique musical pour le site Internet www.musicweb.uk.net.
    Chef permanent du Chœur Départemental de l’Aude depuis 1993, il dirige le Chœur Régional « A Chœur Joie » Languedoc –Roussillon depuis 1998.

    En septembre 2001, il est sollicité pour prendre la direction musicale de l’ensemble de dix chanteurs « Colore di Voce »

    Posté le fĂ©vrier 20, 2006 dans 2006, Archives, Concerts | Commentaires fermĂ©s

    « Musiques et Capoeira »

    Marcelo GODOY (guitare)
    Nelson LATIF (guitare acoustique)
    Jura GOMES (basse)
    Claudio SAMARA (percussion)
    Danseurs et percussions (SAMARA, CAMPOS)

    Le 23 juillet 2006 Ă  18 H 00

    Le quintet Raiz Latina a été fondé par des musiciens brésiliens établis en Pays-Bas. Le groupe s’est fait connaître par son travail sur la musique traditionnelle de son pays en lien avec la personnalité des musiciens. Le groupe a joué dans de nombreux lieux : Europe, Amérique latine et Asie.

    Le répertoire du groupe allie la musique traditionnelle, le choro, bossa-nova et samba recherchant les racines communes à la musique brésilienne et à la danse.

    Ainsi se révèle une performance hybride où les capoeiristes et les musiciens entrent en interaction, naturellement.

    Biographie

    Nelson Latif : guitare acoustique
    Musicien professionnel depuis 25 ans, il a fait des études de guitare classique et de la direction au Conservatoire à Sao Paulo. Soliste ou en groupe, il a joué dans plus de 20 pays à travers le monde. Son dernier CD solo vient juste d’être enregistré « choro, samba e Afins ».
    Marcelo Godoy : guitare
    Jura Gomes : basse
    Claudio Samara : percussion

    capoeira.jpg

    « Page prĂ©cĂ©dentePage suivante »